Les mercenaires colombiens indexés dans l’assassinat de Jovenel Moïse accusent l’Etat haïtien.

Les ex-soldats colombiens impliqués dans l’assassinat de l’ex Président Jovenel Moïse en sa résidence privée à pèlerin 5 dans la nuit du 6 au 7 juillet dernier , accusent les autorités de l’état haïtien de vouloir incinérer les corps des trois suspects tués par la police nationale peu après leur possible forfait , ce qu’ils estiment une manœuvre visant à dissimuler des preuves.

Suite à une interview réalisée par Miami Herald , José Espinosa , Représentant des anciens soldats colombiens emprisonnés a déclaré que le groupe souhaitait que les autorités de l’état haïtien conservent les corps Duberney Capador Giraldo, Miguel Guillermo Garzon et Mauricio Javier Romero Medina, trois anciens soldats colombiens.

«  Malgré l’opposition des ex-soldats , les autorités haïtiennes semblent motivées à procéder à l’incinération » a déclaré José Espinosa au Miami Herald

« Ces corps ont des preuves non seulement de torture mais aussi de leur exécution » a expliqué José Espinosa aux colonnes de Miami Herald.

Il faut rappeler que parmi les ex-Soldats tués par la Police Nationale , Capador a été dans l’enceinte du Président.

Meranda Toussaint