Verite yo ap pale: Moun ki konprann yo ka detui lòt moun avèk manti, y ap wè se laverite a k ap detui yo menm

Prezidan Aristide te mande Lafrans pou rèstitisyon 21 milya dola meriken ak rès dèyè l. Rezilta a se te koudeta 29 fevriye 2004.
Ekonomis fransè Thomas Piketty di se 28 milya dola meriken pou pi piti ke Lafrans dwe remèt Ayiti. Apre sa se pra l lajan rèstitisyon an.
Constant Méheut, Catherine Porter, Selam Gebrekidan et Matt Apuzo, dans un dossier scientifique préparé pour le New York Times, ces 4 journalistes après avoir lu et analysé des milliers de pages d’archives concernant la dette de l’indépendance, sont parvenus à cette conclusion : Jusqu’à 115 milliards de dollars US devraient figurer comme montant de la restitution de la dette à Haïti.
L’ambassadeur de la France à l’époque, Thierry Burkard, admet aujourd’hui que la France et les États-Unis ont bel et bien orchestré un coup contre Aristide. Il reconnaît qu’il y a un lien entre le 29 février 2004 et la demande de restitution faite par Aristide à la France.
En Haïti dans les écoles, les universités, l’enseignement scientifique était absent, c’est pourquoi on a tant de journalistes et d’analystes politiques qui nous racontent que des idioties, malheureusement ils trouvent des gens pour les relayer. Nous devons savoir que lire, c’est élever son niveau de réflexion, sinon c’est le rabaisser en reprenant les bêtises de ces soi-disant journalistes et analystes.
Ignacio Ramonet du prestigieux journal Le Monde diplomatique disait : « On voit se répandre aujourd’hui, l’esprit goebbelsien, du nom du chef de la propagande nazie, Joseph Goebbels, qui consiste à accepter que la répétition a valeur de démonstration.»
En Haïti pour bien des gens, des journalistes, des GNBIS en famille et alliés, tout mensonge devient vérité quand il a été répété suffisamment de fois. 
À titre d’exemples : se Aristide ki te premye mete zam nan men timoun, se Aristide ki lakòz ke l pran koudeta, elatriye. Tout se pawòl van ki pa gen anyen pou wè ak rechèch syantifik, jan jounal New York Times fè l pou zafè rèstitisyon an. Kòm pifò radyo an Ayiti se nan men GNBIS yo ye, siveye nan semèn lan pou ou wè si yo ap janm pale de atik sa.
Le journal RezoNòdwès, plus proche du secteur anti-Aristide et anti-lavalas, a quand même publié l’article sous le titre : France à la racine des malheurs d’Haïti, le New York Times publie un dossier sur la restitution et réparation réclamée par Aristide.
Utilise ton moteur de recherche sur internet et tu pourras lire l’article de l’autre journal anti-Aristide, mais proche d’Haïti observateur. Comme le dit si bien ce proverbe « à qui sait comprendre, peu de mots suffisent».