Haïti – Politique : Quand l’OEA s’accuse dans le dossier d’Haiti

Dans un communiqué rendu publique le 8 août 2022, l’Organisation des États Américains (OEA) responsabilise la communauté internationale dans la crise actuelle d’Haiti

Le Secrétariat général de l’Organisation des États Américains a publié, le lundi 8 août 2022, un communiqué sur Haïti portant sur la démocratie et la sécurité dans le pays. Dans ce communiqué, l’organisation hémisphérique indexe sans langue de bois les responsabilités de la communauté internationale dans la crise actuelle qui sevit actuellement en Haïti.

« Les 20 dernières années de présence de la communauté internationale en Haïti constituent l’un des échecs les plus importants et manifestes de mesures mises en œuvre et d’actions réalisées dans le cadre de quelque action de coopération internationale que ce soit », reconnaît l’OEA. 

Pour l’OEA, en 20 ans de stratégie politique erronée, « la communauté internationale n’a pas été capable de faciliter la construction d’une seule institution ayant la capacité de répondre aux problèmes des Haïtiens, 20 ans plus tard pas une seule institution n’est plus forte qu’elle ne l’était auparavant ». Au contraire, la communauté est complice de la désinstitutionnalisation du pays. 

« Sous le parapluie de la communauté internationale, les bandes criminelles qui assiègent aujourd’hui le pays et son peuple ont fermenté et germé, sous ce parapluie le processus de désinstitutionnalisation et de crise politique que nous connaissons aujourd’hui a germé et couvé », se plaint l’OEA tandis qu’elle fait partie de cette communauté internationale. « Alors, étant donné qu’elle a échoué, la communauté internationale s’est retirée d’Haïti, laissant derrière elle chaos, destruction et violence », poursuit l’OEA. 

« Ne pas tenir compte de ces nécessités signifierait fausser complètement la réalité. Vouloir attendre, jusqu’à ce qu’Haïti accumule ses propres capacités sans aide internationale prendrait des années; le pays ne dispose pas actuellement et ne disposera pas dans un avenir rapproché des conditions nécessaires pour y arriver seul », pense l’organisation dirigée par M. Almagro.

D’un autre côté, le Secrétariat de l’OEA pose une question de civisme , tout en responsabilisant les citoyens et croit que :« la solution à la situation doit venir des Haïtiens, mais avec le support de la communauté internationale qui doit réparer le chaos dont elle a été actrice ».